4 Piles de pots de miel de printemps sur 3 étages

Découverte du miel de montagne :
Le miel de montagne

Présentation du miel naturel :

Le miel est une vrai vertu pour ceux qui savent l'apprécier.

Le miel fait partie des éléments essentiels à la survie de la colonie d'abeilles.

Notre colonie d'abeilles, originaire d'Europe est appelée "Apis mellifera".
Il s'agit d'une espèce dite semi-domestique qui est élevée par les apiculteurs pour produire le miel.
Les abeilles doivent pour assurer leur survie, constituer des réserves de miel et de pollen au sein même de l'essaim. Les réserves ainsi effectuées permettent à la petite colonie de passer l'hiver bien au chaud et grâce à toutes ces réserves, à l'arrivée du printemps la colonie va pouvoir commencer une nouvelle année dans de bonnes conditions.
La survie de l'essaim tient en effet sur le nombre d'abeilles au sortir de l'hiver ainsi que sur la quantité de nectar encore disponible pour pouvoir commencer l'élevage de nouvelles abeilles.
Si une colonie ne dispose pas d'un volume suffisant de miel pour pouvoir nourrir sa reine et ses ouvrières, celle-ci n'a quasiment aucune chance de survie avant l'arrivée des premiers pollens et des premiers nectars.
Pour créer ce magnifique nectar, nos petites abeilles doivent alors aller le récolter sur des fleurs dites mellifères ou sur le miellat des pucerons.

La confection :

Seules les abeilles butineuses se chargent de la récolte.
Cette tâche aussi importante que les autres n'est confiée qu'aux plus expérimentées des abeilles :
Les anciennes : Car âgées d'une manière générale d'environs trois semaines, celles-ci vont finir leur courte vie par l'approvisionnement de la ruche en nectar. Par ce dernier travail, elles vont permettre à la colonie de pouvoir faire perdurer leur espèce. L'abeille va donc rechercher les fleurs à butiner pour pouvoir ainsi aspirer le précieux nectar des fleurs de saison. Pour récolter celui-ci, elle doit pénétrer dans la fleur et sortir sa langue afin d'y prendre le nectar et le stocker dans son jabot. La butineuse va donc parcourir un grand nombre de fleurs pour pouvoir remplir son petit jabot. Dès lors, la transformation du nectar de fleurs en miel vient de commencer. La butineuse, pendant son vol de retour à la ruche, ajoute des enzymes qui permettent de casser la molécule chimique du nectar. Une fois de retour à la ruche, la butineuse donne le contenu de son jabot à de nombreuses autres abeilles sous forme de petites gouttelettes. Puis cette abeille retourne à sa quête.
L'abeille receveuse va à son tour régurgiter le liquide puis le ré-ingurgiter en y ajoutant des sucs digestifs tout cela pour casser la molécule du nectar ou miellat pour permettre la création de la molécule "Miel".
Celui-ci est stocké dans les alvéoles à proximité des cellules où il y a le couvain. Quand il atteint un degré d'humidité inférieur à 18%, nos abeilles mettent une petite pellicule de cire sur le haut de la cellule pour favoriser sa conservation.

Voilà notre miel est né.