Larve de fausse teigne sortant d'une cellule

Le mois d'août :

Quel temps fait-il ?

Le solstice d'été est loin maintenant, les jours tombent de plus en plus vite. Les journées commencent maintenant à se raccourcir sérieusement, mais il fait encore très chaud durant les journées de grand soleil. Les abeilles ont beaucoup moins de ressources mellifères à leur diposition et les temps de récolte journalière vont de paire avec l'ensoleillement soit en décroissance. La ponte de la reine est maintenant bien moins importante, la ruche prépare l'hivernage. Les abeilles d'été vont s'éteindre petit à petit et elles vont laisser place aux abeilles d'hiver. Les bourdons quant-à eux ont eté expulsés depuis bien longtemps maintenant.

Quelle floraison pour les abeilles ?

Le mois d'août peut encore être très généreux pour ceux qui transhument les ruches suivant les floraisons. Les tournesols et la luzerne donnent encore de bonnes protéines et les ressources mellifères nécessaires pour préparer le début de l'hivernage.

Buchneria pectinatae es-tu là ???

Il s'agit du puceron magique, s'il est présent dans nos forêts, vous pourrez savourer le miel de sapin.
Espèce qui se place sur les jeunes rameaux des sapins où il prélève la sève. Les déjections de celui-ci sont absorbées par nos abeilles pour ce miel si particulier. Dans notre région, des campagnes de comptage de pucerons sont organisées pour savoir s'il y aura présence du puceron magique "Buchneria pectinatae". Cette miellée intervient tard dans la saison, et l'on s'aperçoit que les ruches hivernant avec des miels de sapins peuvent être sujettes aux diarrhées.

Quel travail pour l'apiculteur ?

Si le léchage des hausses n'a pas encore été fait, il est temps de le faire, les ruches ont toujours besoin d'un peu de miel. Pour faire le léchage des hausses, il existe, comme toujours en apiculture différentes méthodes.
- La première concerne les gros producteurs qui laissent les hausses à l'air libre dans un endroit isolé à proximité du rucher. Cela consiste à laisser les abeilles venir piller les restes de miel contenus dans les hausses. C'est une méthode qui évite de retourner sur chaque ruche mais provoque beaucoup de dégats.
- La deuxième est la méthode que j'utilise. Elle consiste à remettre la même hausse sur la même ruche. Je ne la pose pas directement sur le corps de ruche mais au dessus du nourrisseur NICOT duquel je retire les cabochons. Cela a pour effet de créer un espace entre l'essaim et la hausse. Les abeilles n'aimant pas le vide, elles considèreront que la hausse rajoutée ne fait pas partie de l'essaim. Elles redescenderont le reste de miel au plus proche de la reine. Cette méthode est certes encore une fois plus longue mais elle évite de transmettre les maladies d'une ruche à une autre en mélangeant les hausses. Elles est moins destructrice aussi, car il n'y a pas de mouvement sauvage à proximité du rucher.
N'oublions pas que nous sommes dans une période de vache maigre et que la moindre trace de miel qui traîne dehors rend les abeilles "folles", ce qui peut conduire à des pillages, voire à des combats d'abeilles. Ceux qui traitent le varroa aux lanières Apivar vous devez placer deux lanières (pour les Ruche 10 cadres ou une lanière pour les ruches moins grande) devant le couvain pour une durée de 12 semaines.
Réduire les colonies qui sont faibles et nourrir les essaims artificiels et nucléis.